Archives pour la catégorie Le pont de Rosso adopté

Le pont de Rosso adopté

Le projet de construction du pont de Rosso entre le Sénégal et la Mauritanie adopté
fleuve_senegal-770x470.jpg
La réalisation du pont de Rosso n’est plus qu’une question de temps. Au terme de la 12e session de la commission mixte entre le Sénégal et la Mauritanie, décision a été prise de conjuguer les efforts pour finaliser les études et trouver le financement de cet infrastructure.
Le Sénégal et la Mauritanie s’engagent dans la réalisation du pont de Rosso. C’est là une des principales conclusions de la 12e session de la commission mixte entre les deux pays qui s’est tenue à Dakar du 22 au 24 octobre.
Cette décision laisse espérer un règlement de l’épineux problème que constitue le franchissement de la frontière mauritanienne à la fois par les véhicules et les passagers.
«Il nous appartient d’agir en conjuguant nos efforts pour finaliser les études et trouver les financements nécessaires à la réalisation du pont de Rosso qui aura un impact certain dans la promotion de la coopération économique et commerciale entre nos deux pays», indique le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne à l’ouverture des travaux.
La commission mixte entre le Sénégal et la Mau­ritanie qui est présidée pour la première fois par les premiers ministres des deux pays s’est également penchée sur la question énergétique. «Avec la découverte de quantités non négligeables de ressources d’hydrocarbures dans nos sous sols respectifs, il nous incombe d’établir une bonne coopération afin que nous puissions ensemble tirer partie au mieux de cette richesse qui nous ouvre de bonnes perspectives pour doper nos économies», souligne M. Dionne.
Au terme de trois jours de travail, de nombreux accords ont pu être conclus. Ils portent sur le domaine de la santé, de l’enseignement supérieur, des affaires consulaires, des mines, de l’énergie, des transports routiers et de la justice, informe le Premier ministre sénégalais.
Mais la question des accords de pêche n’a pas non plus été occultée puisque les discussions se poursuivent entre les deux délégations, indique le ministre des Affaires étrangères du Sénégal. «La Mau­ritanie donne un quota au Sénégal chaque année. Mais le renouvellement de ces licences ainsi que la question du franchissement des frontières posent problème. Et nous espérons qu’une solution va être trouvée», indique Mankeur Ndiaye.
Même chose pour la libre circulation et l’établissement des Sénégalais en Mauri­tanie. D’ailleurs, indique le ministre des Affaires étrangères, le mois prochain, le ministre sénégalais de l’Intérieur se rendra en Mauritanie pour discuter plus amplement de questions liées à la sécurité, notamment la criminalité transfrontalière, les trafics illicites ou le vol de bétail.
«Nous sommes dans une région trouble et troublée et où des menaces pèsent, l’extrémisme violent, le terrorisme etc. Nos pays sont devenus très prudents et il faudrait que les questions de sécurité soient prises en compte», indique M. Ndiaye.
Mise en place d’un groupe d’impulsion
Les engagements pris par les deux pays sont confortés, informe Mankeur Ndiaye, par la mise en place d’un groupe d’impulsion dirigé par les ministres des Affaires étrangères des deux pays et comprenant les ministres de l’Intérieur, de l’Elevage, de la Pêche, de l’Energie et des Transports ainsi que tout autre ministre concerné.
Selon Mankeur Ndiaye, ce mécanisme va permettre de faire le suivi des décisions prises par la commission mixte. «Ce qui se passe généralement, c’est qu’après la commission mixte, chacun rentre dans son pays et on attend la prochaine session dans deux ou trois ans.
Cette fois, on a décidé de faire comme on a fait dans le cadre de notre coopération avec le Maroc et de mettre en place un groupe d’impulsion.» Ce groupe devra également faire le suivi des nombreux accords qui ont été signés à l’issue de cette rencontre.
Jean Louis Verdier/DakarEcho

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus